Pull gris dos nu

Dernier de la série, ce pull tout simple.

_MG_0156Mais dont tout l’intérêt réside dans le dos :

_MG_0158Le modèle est extrait du Burda Tricot n°19 (de 2012), et il s’agit du modèle 26. Par rapport au magazine, j’ai beaucoup réduit le dos nu, qui normalement va jusqu’en dessous de la taille. Mais pour des raisons pratiques, je me suis dit que ce serait mieux ainsi.

C’est assez rare pour le remarquer, ce pull est une réussite très franche : il est pratique, très doux, discret mais en même temps sympa. Bref, depuis qu’il est fini, je le mets assez souvent. Pourtant, les choses avaient mal commencé… J’ai acheté ce fil, qui est un mélange de coton et d’acrylique à un prix très attractif chez Ice Yarns, mais sur la photo il était marron, et j’ai eu la surprise de recevoir un fil gris lors de l’ouverture du colis… Et puis, j’ai mis du temps à trouver un modèle qui convienne car le fil est torsadé et irrégulier, donc c’était impossible d’avoir un rendu sympa avec un motif ajouré ou des torsades. J’ai pas mal erré avant de tomber sur ce modèle assez simple. Et justement, comme le modèle est assez simple, j’ai mis beaucoup de temps à le finir. Ces grandes étendues de jersey, c’était l’ennui absolu… En plus de cela, j’ai fait des erreurs : j’ai tricoté le devant en M avant de me rendre compte que c’était trop grand. Et comme ça me coûtait beaucoup de tout défaire, j’ai simplement tricoté le dos en S et j’ai recoupé le devant dans la pièce tricotée (sacrilège !!). Pour les manches, j’ai prévu un peu juste et au moment de les monter, j’étais persuadée que ce serait trop court, et qu’il faudrait reprendre des mailles pour retricoter quelques rangs a posteriori, mais finalement, c’est pile bien. J’avais aussi prévu un ruban pour le dos, mais comme ça tient assez bien sur les épaules sans attache (contrairement au modèle du magazine), je préfère laisser tel quel.

Enfin, dernière bonne surprise, le fil était assez désagréable à tricoter, il est un peu rêche, j’avais peur que le pull ne soit pas très agréable pour la peau… Et finalement, il est très doux, c’est assez incroyable !

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Explications du pull sans manches

_MG_0055petitePull à manches courtes en taille 36.
(largeur au niveau de la ceinture du pantalon : 40 cm)

Fournitures

– Aiguilles 3,5 (+ aiguilles 4 pour les premiers rangs)

– Crochet 3,5

– Flammé Lin de Bergère de France (41% coton, 41% acrylique, 18% lin), 50 g par pelote pour 125 m environ. Un peu plus de 4 pelotes. Cette laine n’est plus en vente, mais vous pouvez bien-sûr la remplacer par une similaire.

Échantillon

Aiguilles 3,5, un carré de 10 cm de côté en jersey endroit : 23 m. par 29 rgs.

Réalisation

Dos

Monter 92 m. aux aiguilles 4. Passer aux aiguilles 3,5 et faire une côte mousse (deux rangs endroit). Continuer en jersey.

Diminuer de 1m. de chaque côté à 7 cm, puis à 10 cm, puis à 12 cm, puis à 15 cm, puis à 18 cm. Vous avez effectué en tout 5 diminutions de chaque côté, soit 10 au total. Il vous reste 82 m. Continuer sans diminutions.

Augmenter d’1 m. de chaque côté à 34 cm puis à 37 cm. Vous avez effectué 4 augmentations. Vous avez désormais 86 m. sur vos aiguilles. Continuer tout droit jusqu’à 47 cm de hauteur totale (soit approximativement 130 rgs en tout). Rabattre toutes les mailles.

Devant

Faire de même que pour la pièce dos jusqu’à 20 cm de hauteur totale. Continuer ensuite tout droit.

Augmenter d’1 m. de chaque côté à 29 cm, puis à 31 cm, puis à 33 cm, puis à 34 cm, puis à 35 cm. Vous avez effectué 10 augmentations en tout. Vous avez à nouveau 92 m. sur vos aiguilles. Continuer tout droit.

Diminuer d’1 m. de chaque côté à 38 cm, puis à 40 cm, puis à 41 cm. Il vous reste 86 m. Continuer tout droit jusqu’à 47 cm de hauteur totale. Rabattre toutes les mailles.

Mettre un marqueur sur la pièce de devant. Coudre les deux pièces sur les côtés.

Empiècement d’épaules

Avec le crochet 3,5, commencer à une des coutures d’aisselle. Fixer le fil.

Tour 1 : 1 ml, puis ms tout le tour en piquant dans 1 « trou » sur 3 (ni dans chaque maille, ni dans une maille sur 2, l’intermédiaire). Finir par 1 mc dans la ml de début de tour.

Tour 2 : 7 mc puis 3 ml, continuer en b. S’arrêter à 7 m avant l’autre couture d’aisselle. Monter 40 ml. Reprendre à 7 m de l’autre côté de la coutre d’aisselle en faisant directement 1 b. Continuer en b jusqu’à 7 m avant la couture d’aisselle de l’autre côté. Faire 40 ml. Sauter les 7 mc de début de tour et faire 1mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 3 : 3 ml puis continuer en b (piquer entre les brides du tour précédent en passant le crochet non pas sous les 2 fils du haut de la bride, mais sous les 3 fils qui sont entre les deux brides, continuer ainsi sur tout le reste de l’ouvrage, c’est ce qui donne l’aspect « grillagé »). Une fois arrivé aux premières 40 ml du tour précédent (emmanchure), faire *2 b ensemble, 1 b*, répéter de *à* jusqu’à la fin de l’emmanchure. Continuer en b jusqu’à la seconde emmanchure, faire de même. Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 4, 5, 6, 7, 8 et 9 : 3 ml puis continuer en b tout le tour. Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 10 : 3 ml puis continuer en b. Juste avant le milieu de la première manche (placer un marqueur au milieu de la manche), faire 2 b ensemble, puis 1 b (au niveau du milieu de la manche), puis à nouveau 2 b ensemble. Continuer normalement en b jusqu’à la 2e manche. Faire de même. Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 11 : Comme pour le tour 10, sauf : pour chaque manche, au niveau du milieu de la manche, faire *2 b ensemble, 2 b, 2 b ensemble* au lieu de *2 b ensemble, 1 b, 2 b ensemble*.

Tour 12 : Exactement comme pour le tour 10.

Bloquer le fil.

Finitions

Au niveau du bord inférieur de l’ouvrage, fixer le fil à une des coutures de côté et faire un 1 tour en b en commençant par 3 ml à la place de la 1re bride (faire 1 b dans 1 m sur 2). Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour et bloquer le fil.

Rentrer tous les fils. Coudre une étiquette pour repérer le dos du vêtement. Enlever les marqueurs.

Le pull est fini ! :)

Petit pull sans manches

Troisième et dernière création estivale, ce petit pull sans manches pour l’été. J’ai un peu tardé à le poster car les partiels sont passés par là, mais au fond, ce n’est pas une si mauvaise chose puisque entre temps, j’ai terminé d’autres bricoles qui n’attendent plus qu’une photo !

_MG_0055petiteL’idée de ce petit pull est partie de la laine : j’avais acheté ce lot de 5 pelotes de Flammé Lin de Bergère de France sur un coup de tête sans trop savoir ce que j’allais en faire. C’était au moment où j’ai commencé le tricot, à cette époque je ne me rendais pas bien compte de la quantité de pelotes qu’il fallait pour tel ou tel projet. Et quand il a fallu choisir un modèle, je me suis vite rendue compte que 5 pelotes, c’était bien trop peu pour un pull ou un gilet, j’ai donc laissé le petit paquet au fond de mon armoire en attendant l’inspiration.

L’été dernier, après quelques recherches, j’ai eu une idée. Je me suis inspirée d’un vieux modèle de chez DROPS. J’aimais bien l’idée d’un petit pull léger pour l’été, et puis ça collait bien au niveau du nombre de pelotes nécessaires. Seulement, leur modèle était prévu pour une laine très différente et n’était pas transposable pour la mienne, j’ai donc gardé en tête la forme générale de leur modèle et j’ai improvisé !

Pour une (presque) totale impro, je suis très contente du résultat ! D’ailleurs, je vais mettre les explications de ce haut dans la section « Tutos » sous peu !

Comme la laine est un mélange de coton et de lin, le pull est assez léger et convient bien pour les journées un peu fraîches d’été.

Photo : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Long tee-shirt rouge

Deuxième vêtement de la série, un tee-shirt long tout simple réalisé cet été en quelques heures. Le tissu est une sorte de jersey synthétique irrégulier, un peu transparent par endroits. Je l’avais acheté à MT il y a longtemps déjà, dans l’idée d’en faire un tee-shirt sans manches un peu original, mais dans ma recherche de patron, je n’ai rien trouvé qui me plaise. Et puis, une fois l’année universitaire finie et les vacances arrivées, j’avais envie de coudre quelque chose de facile et de rapide pour me détendre, mais aussi suffisamment passe-partout pour être utile dans la vie de tous les jours, c’est ainsi que je suis tombée sur ce patron et que j’ai décidé d’utiliser ce tissu qui attendait une idée…

Il s’agit du modèle Eva du Burda « Cours de couture pour débutants » n°1 :

001Dans ma réalisation, j’ai dû ruser pour réussir à faire entrer tout le patron dans mon tissu. J’avais, il me semble, un peu moins d’1m50 de tissu (merci aux vendeuses de MT de ne jamais couper droit !), alors qu’il m’en fallait 1m70. J’ai décidé de raccourcir les manches aux 3/4. Mais cela n’a pas suffit ! C’est pourquoi, j’ai fait les manches en deux parties au lieu d’une seule, on voit d’ailleurs la couture tout le long de mon bras. Et comme ça ne suffisait toujours pas, j’ai pris le parti de ne pas respecter le sens du droit fil pour les manches. Honte à moi ! 😉
Mais finalement, comme le tee-shirt est ample et plisse naturellement, on ne voit pas de déformation s’il y en a une.

_MG_0092petitePhoto : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Tee-shirt dos dentelle

20140427-_MG_6582recadrée2J’ai réalisé ce tee-shirt il y a quelques semaines à partir d’un patron burda. Pour ajuster le patron à ma morphologie, je l’ai juste légèrement allongé et réduit en largeur. La modification substantielle que j’ai faite, c’est l’ajout de l’empiècement de dentelle dans le dos. Après des hésitations sur la forme à lui donner, j’ai opté pour la forme en goutte – j’avais aussi pensé à l’ovale et à d’autres formes qui suivaient les courbes de la pièce de dos.

Le tissu principal est un jersey noir acheté à Paris dans une boutique du quartier Saint Pierre, il est assez extensible. La dentelle en revanche, sans élasticité aucune, provient, je crois, de chez Toto. J’avais peur que la différence d’élasticité entre les deux tissus ne soit cause de déformations, mais finalement le tee-shirt garde bien sa forme. J’ai tout de même cousu un fin ruban à l’intérieur de l’encolure (dos et épaules) pour lui donner une rigidité lui permettant de résister un peu mieux à l’usure – et je pense que c’est nécessaire. J’ai bien aimé ce patron assez simple à réaliser grâce aux manches raglan et un peu passe-partout. Il est vrai que le décolleté est un peu trop profond, si je travaille à nouveau avec ce patron, je le réduirai un peu en diminuant d’un centimètre au niveau de la couture des manches raglan. Mais la seule véritable difficulté que j’ai rencontrée dans la réalisation est due à ma machine qui refuse de coudre avec une aiguille jumelée. Après des multiples essais qui se sont tous soldés par des échecs (j’ai pourtant essayé pas mal de choses, et suivi pas mal de conseils dégottés par-ci par-là sur le web), j’ai fini par casser mon aiguille jumelée. Ni une, ni deux, j’en ai racheté une et me suis lancée dans de nouveaux essais, mais ils ne se sont pas révélés plus concluants… En définitive, je pense qu’il va falloir que je change de machine si je veux pouvoir faire de belles coutures à l’aiguille jumelée, mais ce n’est pas prévu pour le moment. J’ai donc décidé de remplacer la couture à l’aiguille jumelée des ourlets par un zigzag de largeur moyenne pour garder l’élasticité nécessaire, et je trouve que visuellement, c’est plutôt pas mal.

Et une petite vue de dos tout de même, car tout est là :

20140427-_MG_6584Remarquez un petit détail sur lequel je me suis fait plaisir : le motif de la dentelle est centré, de sorte que la tige des fleurs ondule le long de la ligne de milieu dos.

Photos: Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Cache-cœur

20140427-_MG_6602J’avais toujours rêvé de porter un cache-cœur car je trouve cela très féminin. C’est bête mais en mesurant 1m80 et en étant plutôt fine, il est impossible d’en trouver un à sa taille dans le commerce. C’est pourquoi cela a été un de mes premiers projets un peu complexes en couture. C’était il y a bien un an et demi.

J’ai utilisé le patron 121B du Burda de mars 2012, suivi à la lettre pour une fois !

000001864607bisC’était la première fois que je travaillais du jersey, j’ai eu beaucoup de difficultés. Premièrement parce que ma machine, une entrée de gamme, n’est pas très performante avec ce type de matière, mais aussi parce que mon inexpérience de l’époque m’a joué des mauvais tours ! J’avais pendu le vêtement sur un cintre entre mes séances de couture, quelle mauvaise idée ! Le tissu très élastique et peu résistant s’est détendu ; et une fois le vêtement terminé – et ce malgré des essayages fréquents qui me semblaient convaincants – il était devenu trop grand pour moi ! J’ai donc fait plusieurs retouches pour tenter de résoudre le problème, mais ce n’est que grâce à ma sœur, que je remercie chaleureusement, que le cache-cœur a pu être terminé et ajusté à ma taille, car elle a accepté de me faire  la retouche des coutures d’épaules qui me semblait insurmontable une fois les manches montées…

Photos: Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Gilet rouge

Voici un petit gilet rouge en coton tricoté pendant les vacances d’été…

_MG_5782C’est mon premier tricot (aux aiguilles), et j’avoue que j’en suis assez fière ! Non seulement j’aime beaucoup le rendu, mais en plus, le gilet est très agréable à porter car le fil est très doux.

Il s’agit d’un modèle gratuit de chez DROPS : http://www.garnstudio.com/lang/fr/visoppskrift.php?d_nr=100&d_id=2&lang=fr

J’ai utilisé un fil en coton de chez Ice Yarns (Baby cotton) et des boutons assez gros achetés en promo chez Mondial tissus.

C’est essentiellement tricoté en jersey, sauf les bandes de côtes sur le corps et sur les avant-bras (on ne voit pas trop sur la photo…).

J’ai peiné quelque peu pour l’assemblage ! J’ai fait les coutures d’épaules à la main, mais pas le montage des manches : comme le corps est tricoté en une seule pièce, j’ai dû monter les manches à la fin. Après moult tentatives pour coudre ces s******* manches sur le corps à la main, j’ai opté pour la couture à la machine et franchement, je trouve le résultat très probant, n’en déplaise aux puristes !

Photo: Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/