Pantalon porte-feuille

Voici mon second pantalon fait cet été. Il s’agit d’un pantalon porte-feuille. Pour le patron, je suis partie sur la base du patron du pantalon précédent et j’ai modifié les pièces pour en faire un pantalon porte-feuille.

IMG_1786J’avais vu des tutos sur le net sur le pantalon porte-feuille, mais aucun ne me plaisait car souvent il s’agit de pièces droites sans pinces, et je voulais avoir des pinces pour un meilleur tombé. D’où mon choix de partir d’un patron existant et de le modifier.

Pour le tissu, il s’agit d’un coton assez fin et un peu transparent que j’avais acheté lors d’un voyage à Paris. Il a un aspect un peu froissé (en dehors du fait qu’il n’est pas repassé sur les photos !). Au départ, il était beige, mais je l’ai teint en bleu à l’occasion de la teinture d’autres vêtements.

IMG_1789Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Un pantalon pour les vacances

Il y a un peu plus d’un mois, je partais en vacances à Marrakech, et j’avais besoin d’un pantalon.

Ni une, ni deux, j’ai fouillé dans mon stock, dans mes patrons et je suis tombée sur une idée géniale ! Il y avait ce coupon de tissu d’ameublement que ma maman avait acheté quand j’étais petite et qu’elle m’avait donné par la suite. Je n’avais jamais su quoi en faire et je pensais qu’il vivrait encore bien des années au fond de ma caisse. Et de l’autre côté, il y avait ce patron (modèle 108, Burda juillet 2013) de pantalon en tailles longues (parfait pour moi !), un pantalon tout simple avec des poches italiennes, que je voulais réaliser depuis un moment.

images.duckduckgo.comAprès des péripéties pour acheter une fermeture à glissière et du biais assortis et 2 jours de couture plus tard, à 5 min du départ pour prendre l’avion, le pantalon était fini !

_MG_0471De dos :

_MG_0467J’aurais voulu mettre les rayures dans l’autre sens, mais je n’avais pas assez de tissu. Et même comme ça, c’était juste, j’ai du bricoler un peu pour que les pièces rentrent dans le tissu que j’avais. Mais au moins il ne me reste que des toutes petites chutes !

C’est la première fois que je couds d’après un patron et que le vêtement me va parfaitement. D’habitude, j’ai toujours besoin de faire des retouches assez importantes. Bon, j’avoue que j’ai dû le reprendre un peu à mon retour (mais une petite retouche de rien du tout, 1 cm de moins à la taille…). Mis à part cela, il est très confortable et j’ai passé une bonne partie du séjour à le porter. D’ailleurs, j’envisage de m’en faire un deuxième sur le même patron, plus qu’à trouver le tissu…

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Pull gris dos nu

Dernier de la série, ce pull tout simple.

_MG_0156Mais dont tout l’intérêt réside dans le dos :

_MG_0158Le modèle est extrait du Burda Tricot n°19 (de 2012), et il s’agit du modèle 26. Par rapport au magazine, j’ai beaucoup réduit le dos nu, qui normalement va jusqu’en dessous de la taille. Mais pour des raisons pratiques, je me suis dit que ce serait mieux ainsi.

C’est assez rare pour le remarquer, ce pull est une réussite très franche : il est pratique, très doux, discret mais en même temps sympa. Bref, depuis qu’il est fini, je le mets assez souvent. Pourtant, les choses avaient mal commencé… J’ai acheté ce fil, qui est un mélange de coton et d’acrylique à un prix très attractif chez Ice Yarns, mais sur la photo il était marron, et j’ai eu la surprise de recevoir un fil gris lors de l’ouverture du colis… Et puis, j’ai mis du temps à trouver un modèle qui convienne car le fil est torsadé et irrégulier, donc c’était impossible d’avoir un rendu sympa avec un motif ajouré ou des torsades. J’ai pas mal erré avant de tomber sur ce modèle assez simple. Et justement, comme le modèle est assez simple, j’ai mis beaucoup de temps à le finir. Ces grandes étendues de jersey, c’était l’ennui absolu… En plus de cela, j’ai fait des erreurs : j’ai tricoté le devant en M avant de me rendre compte que c’était trop grand. Et comme ça me coûtait beaucoup de tout défaire, j’ai simplement tricoté le dos en S et j’ai recoupé le devant dans la pièce tricotée (sacrilège !!). Pour les manches, j’ai prévu un peu juste et au moment de les monter, j’étais persuadée que ce serait trop court, et qu’il faudrait reprendre des mailles pour retricoter quelques rangs a posteriori, mais finalement, c’est pile bien. J’avais aussi prévu un ruban pour le dos, mais comme ça tient assez bien sur les épaules sans attache (contrairement au modèle du magazine), je préfère laisser tel quel.

Enfin, dernière bonne surprise, le fil était assez désagréable à tricoter, il est un peu rêche, j’avais peur que le pull ne soit pas très agréable pour la peau… Et finalement, il est très doux, c’est assez incroyable !

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Gilet couleur rouille

Deuxième de la série, cet autre gilet, cousu cette fois-ci.

_MG_0185Pour le réaliser, j’ai suivi le patron 122 du Burda de mars 2012, en modifiant sensiblement les pièces de poitrine et la longueur globale du gilet, qui arrive normalement à mi-cuisses.

burda mars 2012Le tissu en maille ajourée et le lien proviennent tous deux de Mondial Tissus. D’ailleurs, le lien est un peu trop lisse et glisse lorsque je le noue, c’est un peu dommage.

Pour la réalisation, j’ai beaucoup peiné dans la réduction des pièces de poitrine pour arriver à quelque chose qui me satisfasse, et encore, ce n’est pas parfait, c’est légèrement trop petit, ce qui fait que le lien a tendance à remonter au dessus de la ligne de dessous de poitrine par moments. Il faudrait peut-être le resserrer légèrement en enlevant un demi-centimètre au niveau des coutures latérales, mais j’avoue que je n’ai pas trop le courage de m’en occuper pour le moment car pour le faire, il faudrait démonter le lien qui est cousu a posteriori.

D’ailleurs, j’ai un autre gilet en cours sur ce même patron mais avec d’autres modifications. Je peine à nouveau sur les pièces de poitrine… Car j’ai essayé de tirer des leçons de ce premier gilet, donc j’ai un peu plus réduit le gilet en largeur, mais manifestement, c’est un peu trop et j’ai du mal à rattraper l’écart de 2 cm qui est apparu au niveau de la jonction des deux bords devant. Affaire à suivre…

Photo : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Gilet vert en carré

Ça y est les photos sont prêtes ! Voici le premier article d’une série de plusieurs. Et comme c’est l’été et que je suis un peu plus libre que le reste de l’année, j’espère ajouter encore quelques petites créations après cette série.

_MG_0171J’ai commencé ce gilet il y a plusieurs années et il est terminé depuis quelques mois déjà. En réalité, il s’agit d’un de mes premiers projets tricot, qui a traîné en longueur car le fil utilisé est fin, le modèle assez complexe mais tout en étant répétitif…

J’ai utilisé un modèle de chez Garnstudio, comme souvent. Et la laine est aussi celle qu’ils proposent, à savoir DROPS Fabel, coloris forêt. Les boutons ont été achetés pour l’occasion, mais je ne parviens plus à me souvenir où…

_MG_0165Au final, le gilet a deux défauts principaux : les manches sont un peu trop larges et les boutons ferment mal (ce qui pourrait s’arranger si je prenais le temps de rétrécir les boutonnières). Mais il est chaud et léger, ce qui le rend assez agréable à porter.

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Protège-slips lavables

IMG_1738Encore une petite cousette zéro déchets : des protège-slips lavables pour les jours de début et de fin de période. J’ai pris l’idée dans le livre de Camille Binet-Dezert dont j’avais déjà parlé, mais j’ai fait complètement à ma manière.

Pour la forme, j’ai repris celle d’un protège-slip jetable du commerce.

Les tissus utilisés, il y en a trois : deux cotons, un sombre et uni pour le côté culotte et un à motifs pour le côté peau, et entre les deux, il y a une bande de tissu-éponge pour la fonction absorbante. Le tissu bordeaux provient des chutes d’un précédent projet. Le coton à motif est un recyclage d’un tissu taché d’une ancienne housse de coussin. Enfin, le tissu éponge provient d’une vieille serviette de bain. Donc zéro achat pour ce projet ! :)

Si vous me suivez, vous savez que j’aime le recyclage et que j’essaie de réduire mes déchets, mais j’avoue que sauter le pas des protège-slips lavables me faisait un peu peur… Je craignais que l’entretien ne soit un peu compliqué… Finalement c’est très bien ! C’est plus confortable que les jetables et après un petit pré-lavage à la main rapide, ça passe à la machine. Mais bon, c’est vrai que je ne les utilise que pour les jours de petit flux, ou « en prévision ».

Gilet bleu à losanges

IMG_1256J’ai tout juste terminé ce gilet commencé l’été dernier. J’ai mis plus de temps que d’habitude pour un projet de cette taille car en arrivant à la moitié du projet, j’ai réalisé qu’il serait trop grand et que je ne pourrai pas le porter, ce qui a considérablement sapé ma motivation…

Mais finalement, je l’ai terminé et je vais l’offrir à ma sœur qui est à peine plus corpulente que moi et à qui il ira bien.

Il s’agit de ce modèle de chez Garnstudio, je l’ai réalisé avec le fil recommandé et vendu par eux : le fil Muskat en coloris bleu marine. Je n’ai pas mis de boutons pour le moment, car je n’en ai pas qui seraient adaptés et je pense que je vais laisser le loisir à ma sœur de choisir des boutons qui lui plairont, vu qu’elle est aussi couturière, ça ne sera pas une contrainte pour elle.

Pour ce modèle, toute l’idée est dans le dos :

IMG_1262J’avais vraiment été séduite par ce design et comme j’ai été assez déçue de ne pouvoir porter le gilet une fois terminé, je pense que je vais le refaire, mais cette fois dans la version robe qui finalement me plaît davantage. Une affaire à suivre, donc…

Haut noir en satin et perles en nacre d’abalone

Pour conclure cette petite série de productions de l’été : un petit haut en satin.

_MG_1723Il s’agit du modèle 110 du Burda de juillet 2013 :

928113966438f820c31629df08a9d534 Il a été très facile à réaliser, mais le rendu n’est pas tout à fait ce que j’attendais. L’encolure est moins profonde que sur le modèle du magazine, mais c’est peut-être dû à mon tissu qui est n’est pas extensible.

J’ai utilisé du satin noir synthétique que j’avais dans mon stock et dont je ne me souviens plus de la provenance. Pour la décoration de la bretelle, j’ai utilisé des grosses perles de nacre d’abalone achetées sur internet (mais je ne me souviens plus de l’enseigne). Enfin, le fil argenté qui a servi pour la broderie vient de MT.

Détail de la bretelle :

_MG_1728Photo : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Chauffe-épaules noir tout simple

_MG_1734J’ai fait ce petit chauffe-épaules noir avant l’été, dans une chute de tissu en maille achetée à MT pour presque rien.

L’idée était d’avoir quelque chose pour ne pas avoir froid aux épaules lorsque je porte une robe sans manches alors que ce n’est plus trop la saison. Je voulais un vêtement noir pour aller avec tout, mais surtout discret pour ne pas attirer l’attention sur lui, laissant la vedette à la robe. C’est pourquoi, j’ai opté pour ce design simpliste.

J’aurais quand même essuyé quelques difficultés, puisque ma machine refusait de coudre ce tissu sans le déformer et qu’elle ne possède pas de point élastique. J’ai contourné le problème et faisant l’ensemble des coutures à la main et avec un fil élastique, ce qui m’a pris un peut plus de temps que prévu…

J’ai ajouté 3 boutons en nacre noir de chaque côté uniquement pour la décoration.

Photo : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Explications du pull sans manches

_MG_0055petitePull à manches courtes en taille 36.
(largeur au niveau de la ceinture du pantalon : 40 cm)

Fournitures

– Aiguilles 3,5 (+ aiguilles 4 pour les premiers rangs)

– Crochet 3,5

– Flammé Lin de Bergère de France (41% coton, 41% acrylique, 18% lin), 50 g par pelote pour 125 m environ. Un peu plus de 4 pelotes. Cette laine n’est plus en vente, mais vous pouvez bien-sûr la remplacer par une similaire.

Échantillon

Aiguilles 3,5, un carré de 10 cm de côté en jersey endroit : 23 m. par 29 rgs.

Réalisation

Dos

Monter 92 m. aux aiguilles 4. Passer aux aiguilles 3,5 et faire une côte mousse (deux rangs endroit). Continuer en jersey.

Diminuer de 1m. de chaque côté à 7 cm, puis à 10 cm, puis à 12 cm, puis à 15 cm, puis à 18 cm. Vous avez effectué en tout 5 diminutions de chaque côté, soit 10 au total. Il vous reste 82 m. Continuer sans diminutions.

Augmenter d’1 m. de chaque côté à 34 cm puis à 37 cm. Vous avez effectué 4 augmentations. Vous avez désormais 86 m. sur vos aiguilles. Continuer tout droit jusqu’à 47 cm de hauteur totale (soit approximativement 130 rgs en tout). Rabattre toutes les mailles.

Devant

Faire de même que pour la pièce dos jusqu’à 20 cm de hauteur totale. Continuer ensuite tout droit.

Augmenter d’1 m. de chaque côté à 29 cm, puis à 31 cm, puis à 33 cm, puis à 34 cm, puis à 35 cm. Vous avez effectué 10 augmentations en tout. Vous avez à nouveau 92 m. sur vos aiguilles. Continuer tout droit.

Diminuer d’1 m. de chaque côté à 38 cm, puis à 40 cm, puis à 41 cm. Il vous reste 86 m. Continuer tout droit jusqu’à 47 cm de hauteur totale. Rabattre toutes les mailles.

Mettre un marqueur sur la pièce de devant. Coudre les deux pièces sur les côtés.

Empiècement d’épaules

Avec le crochet 3,5, commencer à une des coutures d’aisselle. Fixer le fil.

Tour 1 : 1 ml, puis ms tout le tour en piquant dans 1 « trou » sur 3 (ni dans chaque maille, ni dans une maille sur 2, l’intermédiaire). Finir par 1 mc dans la ml de début de tour.

Tour 2 : 7 mc puis 3 ml, continuer en b. S’arrêter à 7 m avant l’autre couture d’aisselle. Monter 40 ml. Reprendre à 7 m de l’autre côté de la coutre d’aisselle en faisant directement 1 b. Continuer en b jusqu’à 7 m avant la couture d’aisselle de l’autre côté. Faire 40 ml. Sauter les 7 mc de début de tour et faire 1mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 3 : 3 ml puis continuer en b (piquer entre les brides du tour précédent en passant le crochet non pas sous les 2 fils du haut de la bride, mais sous les 3 fils qui sont entre les deux brides, continuer ainsi sur tout le reste de l’ouvrage, c’est ce qui donne l’aspect « grillagé »). Une fois arrivé aux premières 40 ml du tour précédent (emmanchure), faire *2 b ensemble, 1 b*, répéter de *à* jusqu’à la fin de l’emmanchure. Continuer en b jusqu’à la seconde emmanchure, faire de même. Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 4, 5, 6, 7, 8 et 9 : 3 ml puis continuer en b tout le tour. Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 10 : 3 ml puis continuer en b. Juste avant le milieu de la première manche (placer un marqueur au milieu de la manche), faire 2 b ensemble, puis 1 b (au niveau du milieu de la manche), puis à nouveau 2 b ensemble. Continuer normalement en b jusqu’à la 2e manche. Faire de même. Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour.

Tour 11 : Comme pour le tour 10, sauf : pour chaque manche, au niveau du milieu de la manche, faire *2 b ensemble, 2 b, 2 b ensemble* au lieu de *2 b ensemble, 1 b, 2 b ensemble*.

Tour 12 : Exactement comme pour le tour 10.

Bloquer le fil.

Finitions

Au niveau du bord inférieur de l’ouvrage, fixer le fil à une des coutures de côté et faire un 1 tour en b en commençant par 3 ml à la place de la 1re bride (faire 1 b dans 1 m sur 2). Finir par 1 mc dans la 3e ml du début du tour et bloquer le fil.

Rentrer tous les fils. Coudre une étiquette pour repérer le dos du vêtement. Enlever les marqueurs.

Le pull est fini ! :)