Haut noir en satin et perles en nacre d’abalone

Pour conclure cette petite série de productions de l’été : un petit haut en satin.

_MG_1723Il s’agit du modèle 110 du Burda de juillet 2013 :

928113966438f820c31629df08a9d534 Il a été très facile à réaliser, mais le rendu n’est pas tout à fait ce que j’attendais. L’encolure est moins profonde que sur le modèle du magazine, mais c’est peut-être dû à mon tissu qui est n’est pas extensible.

J’ai utilisé du satin noir synthétique que j’avais dans mon stock et dont je ne me souviens plus de la provenance. Pour la décoration de la bretelle, j’ai utilisé des grosses perles de nacre d’abalone achetées sur internet (mais je ne me souviens plus de l’enseigne). Enfin, le fil argenté qui a servi pour la broderie vient de MT.

Détail de la bretelle :

_MG_1728Photo : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

La petite robe noire

Voici ma version de la petite robe noire. Je l’ai réalisée en septembre dernier à l’occasion du mariage d’une amie.

20140427-_MG_6614Il s’agit à nouveau d’un patron burda, il est tiré du magazine d’octobre 2012 (modèle 118).

thumb_800x600_10-7-205x300Originellement, la robe a des manches 3/4, mais en cours de réalisation, j’ai décidé de la faire sans manches, car j’avais peur qu’elle ne paraisse trop sévère.

Pour le tissu, j’ai utilisé de la gabardine noire, cela peut paraître un choix étrange, car le tissu est assez épais, mais j’aime bien le tomber un peu rigide de la gabardine au niveau des plis du col bénitier, c’est ce que je recherchais. Et comme il s’agit d’une robe d’hiver, malgré les manches – inexistantes – je ne trouve pas cela gênant.

J’avais déjà utilisé ce patron une fois par le passé pour une première robe hivernale, dans un lainage fin couleur pêche, mais j’avais été très déçue par le résultat : le tissu tombait mal et la robe était un poil trop petite pour moi car j’avais voulu l’ajuster à l’excès. Pour cette nouvelle version, j’avais en tête une image très précise du rendu final que je voulais, j’ai donc choisi le tissu en fonction. Et, connaissant le patron, je savais déjà à quoi m’attendre lors de la réalisation, je n’ai eu aucune surprise. C’est pourquoi j’ai pu la finir très rapidement. À moins que ce n’ait été l’échéance du mariage de mon amie qui approchait à grands pas ? Car, en reine de la procrastination, j’ai terminé ma robe la veille du mariage, sur les coups de 2h du matin ! ^^

Petit détail de la fermeture à glissière dans le dos :

20140427-_MG_6625Photos: Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/