Nuisette bandeau

Encore une nuisette sur la base du patron de Pattern-Scissors-Cloth. Cette fois-ci, j’ai modifié la partie supérieur car je n’avais pas assez de tissu pour couper les pièces du patron. Du coup, j’ai simplement fait un haut en bandeau dans toute la largeur de la dentelle que j’avais.

IMG_1781La partie basse est réalisée dans le même tissu soie et polyester que la nuisette à pois. La dentelle quand à elle provient d’une petite boutique de Besançon, et m’a coûté une bonne petite somme. Je l’avais achetée alors que je commençai tout juste la lingerie et j’avoue que je n’osais pas trop l’utiliser de peur de faire une erreur et de gâcher le tissu. Et puis, j’ai utilisé deux petits restes de ruban pour faire les petits nœuds.

IMG_1767

Un pantalon pour les vacances

Il y a un peu plus d’un mois, je partais en vacances à Marrakech, et j’avais besoin d’un pantalon.

Ni une, ni deux, j’ai fouillé dans mon stock, dans mes patrons et je suis tombée sur une idée géniale ! Il y avait ce coupon de tissu d’ameublement que ma maman avait acheté quand j’étais petite et qu’elle m’avait donné par la suite. Je n’avais jamais su quoi en faire et je pensais qu’il vivrait encore bien des années au fond de ma caisse. Et de l’autre côté, il y avait ce patron (modèle 108, Burda juillet 2013) de pantalon en tailles longues (parfait pour moi !), un pantalon tout simple avec des poches italiennes, que je voulais réaliser depuis un moment.

images.duckduckgo.comAprès des péripéties pour acheter une fermeture à glissière et du biais assortis et 2 jours de couture plus tard, à 5 min du départ pour prendre l’avion, le pantalon était fini !

_MG_0471De dos :

_MG_0467J’aurais voulu mettre les rayures dans l’autre sens, mais je n’avais pas assez de tissu. Et même comme ça, c’était juste, j’ai du bricoler un peu pour que les pièces rentrent dans le tissu que j’avais. Mais au moins il ne me reste que des toutes petites chutes !

C’est la première fois que je couds d’après un patron et que le vêtement me va parfaitement. D’habitude, j’ai toujours besoin de faire des retouches assez importantes. Bon, j’avoue que j’ai dû le reprendre un peu à mon retour (mais une petite retouche de rien du tout, 1 cm de moins à la taille…). Mis à part cela, il est très confortable et j’ai passé une bonne partie du séjour à le porter. D’ailleurs, j’envisage de m’en faire un deuxième sur le même patron, plus qu’à trouver le tissu…

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Couvre-plats en tissu

Une petite création vite faite pour la maison, réalisée avec un vieux drap et de l’élastique en ruban de 0,5 cm trouvé en partie à Lidl et en partie dans les restes de mon stock.

IMG_1758J’ai trouvé cette idée des couvre-plats en tissu dans le livre de Camille Binet-Dezert dont j’ai déjà parlé. Je m’étonne de ne pas avoir eu l’idée plus tôt car cela fait un moment que je cherchais à remplacer le film étirable que j’ai l’habitude d’utiliser pour couvrir mes saladiers. La version en tissu, en plus d’être plus durable et moins polluante, est plus jolie et plus pratique à l’usage (fini le film qui ne colle pas sur le saladier en métal…).

En tout, j’en ai fait six pour commencer, de 3 tailles différentes :

IMG_1752Si l’essai est concluant, j’ai encore suffisamment de drap pour en faire beaucoup, beaucoup, beaucoup d’autres…

Une housse pour D.

Retour au thème de l’aïkido, j’ai réalisé une housse pour les armes d’un autre pratiquant de mon dojo. Elle est faite sur un modèle très similaire à celle que j’avais faite pour moi, si ce n’est que j’ai réduit la largeur, car la mienne est un peu trop large à l’usage.

Le tissu est identique à celui que j’avais utilisé pour moi, mais il est marron.

IMG_1712Et fermée :

IMG_1720Sur ces photos, il manque quelques détails ajoutés par la suite :  les pressions, la sangle pour porter la housse en bandoulière et une petite attache que D. m’avait demandé d’ajouter pour qu’il puisse accrocher la housse à son sac à dos.

Comme j’ai eu plusieurs commentaires sur la première housse que j’ai faite, je songe à faire un tuto pour vous permettre de réaliser la vôtre chez vous. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à me le dire en commentaires !

Pull gris dos nu

Dernier de la série, ce pull tout simple.

_MG_0156Mais dont tout l’intérêt réside dans le dos :

_MG_0158Le modèle est extrait du Burda Tricot n°19 (de 2012), et il s’agit du modèle 26. Par rapport au magazine, j’ai beaucoup réduit le dos nu, qui normalement va jusqu’en dessous de la taille. Mais pour des raisons pratiques, je me suis dit que ce serait mieux ainsi.

C’est assez rare pour le remarquer, ce pull est une réussite très franche : il est pratique, très doux, discret mais en même temps sympa. Bref, depuis qu’il est fini, je le mets assez souvent. Pourtant, les choses avaient mal commencé… J’ai acheté ce fil, qui est un mélange de coton et d’acrylique à un prix très attractif chez Ice Yarns, mais sur la photo il était marron, et j’ai eu la surprise de recevoir un fil gris lors de l’ouverture du colis… Et puis, j’ai mis du temps à trouver un modèle qui convienne car le fil est torsadé et irrégulier, donc c’était impossible d’avoir un rendu sympa avec un motif ajouré ou des torsades. J’ai pas mal erré avant de tomber sur ce modèle assez simple. Et justement, comme le modèle est assez simple, j’ai mis beaucoup de temps à le finir. Ces grandes étendues de jersey, c’était l’ennui absolu… En plus de cela, j’ai fait des erreurs : j’ai tricoté le devant en M avant de me rendre compte que c’était trop grand. Et comme ça me coûtait beaucoup de tout défaire, j’ai simplement tricoté le dos en S et j’ai recoupé le devant dans la pièce tricotée (sacrilège !!). Pour les manches, j’ai prévu un peu juste et au moment de les monter, j’étais persuadée que ce serait trop court, et qu’il faudrait reprendre des mailles pour retricoter quelques rangs a posteriori, mais finalement, c’est pile bien. J’avais aussi prévu un ruban pour le dos, mais comme ça tient assez bien sur les épaules sans attache (contrairement au modèle du magazine), je préfère laisser tel quel.

Enfin, dernière bonne surprise, le fil était assez désagréable à tricoter, il est un peu rêche, j’avais peur que le pull ne soit pas très agréable pour la peau… Et finalement, il est très doux, c’est assez incroyable !

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Gilet couleur rouille

Deuxième de la série, cet autre gilet, cousu cette fois-ci.

_MG_0185Pour le réaliser, j’ai suivi le patron 122 du Burda de mars 2012, en modifiant sensiblement les pièces de poitrine et la longueur globale du gilet, qui arrive normalement à mi-cuisses.

burda mars 2012Le tissu en maille ajourée et le lien proviennent tous deux de Mondial Tissus. D’ailleurs, le lien est un peu trop lisse et glisse lorsque je le noue, c’est un peu dommage.

Pour la réalisation, j’ai beaucoup peiné dans la réduction des pièces de poitrine pour arriver à quelque chose qui me satisfasse, et encore, ce n’est pas parfait, c’est légèrement trop petit, ce qui fait que le lien a tendance à remonter au dessus de la ligne de dessous de poitrine par moments. Il faudrait peut-être le resserrer légèrement en enlevant un demi-centimètre au niveau des coutures latérales, mais j’avoue que je n’ai pas trop le courage de m’en occuper pour le moment car pour le faire, il faudrait démonter le lien qui est cousu a posteriori.

D’ailleurs, j’ai un autre gilet en cours sur ce même patron mais avec d’autres modifications. Je peine à nouveau sur les pièces de poitrine… Car j’ai essayé de tirer des leçons de ce premier gilet, donc j’ai un peu plus réduit le gilet en largeur, mais manifestement, c’est un peu trop et j’ai du mal à rattraper l’écart de 2 cm qui est apparu au niveau de la jonction des deux bords devant. Affaire à suivre…

Photo : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Gilet vert en carré

Ça y est les photos sont prêtes ! Voici le premier article d’une série de plusieurs. Et comme c’est l’été et que je suis un peu plus libre que le reste de l’année, j’espère ajouter encore quelques petites créations après cette série.

_MG_0171J’ai commencé ce gilet il y a plusieurs années et il est terminé depuis quelques mois déjà. En réalité, il s’agit d’un de mes premiers projets tricot, qui a traîné en longueur car le fil utilisé est fin, le modèle assez complexe mais tout en étant répétitif…

J’ai utilisé un modèle de chez Garnstudio, comme souvent. Et la laine est aussi celle qu’ils proposent, à savoir DROPS Fabel, coloris forêt. Les boutons ont été achetés pour l’occasion, mais je ne parviens plus à me souvenir où…

_MG_0165Au final, le gilet a deux défauts principaux : les manches sont un peu trop larges et les boutons ferment mal (ce qui pourrait s’arranger si je prenais le temps de rétrécir les boutonnières). Mais il est chaud et léger, ce qui le rend assez agréable à porter.

Photos : Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Protège-slips lavables

IMG_1738Encore une petite cousette zéro déchets : des protège-slips lavables pour les jours de début et de fin de période. J’ai pris l’idée dans le livre de Camille Binet-Dezert dont j’avais déjà parlé, mais j’ai fait complètement à ma manière.

Pour la forme, j’ai repris celle d’un protège-slip jetable du commerce.

Les tissus utilisés, il y en a trois : deux cotons, un sombre et uni pour le côté culotte et un à motifs pour le côté peau, et entre les deux, il y a une bande de tissu-éponge pour la fonction absorbante. Le tissu bordeaux provient des chutes d’un précédent projet. Le coton à motif est un recyclage d’un tissu taché d’une ancienne housse de coussin. Enfin, le tissu éponge provient d’une vieille serviette de bain. Donc zéro achat pour ce projet ! :)

Si vous me suivez, vous savez que j’aime le recyclage et que j’essaie de réduire mes déchets, mais j’avoue que sauter le pas des protège-slips lavables me faisait un peu peur… Je craignais que l’entretien ne soit un peu compliqué… Finalement c’est très bien ! C’est plus confortable que les jetables et après un petit pré-lavage à la main rapide, ça passe à la machine. Mais bon, c’est vrai que je ne les utilise que pour les jours de petit flux, ou « en prévision ».

Nouvelle nuisette !

Voici une nouvelle nuisette faite à partir du même patron de Pattern-Scissors-Cloth que la première. C’est vraiment un patron super que je vous conseille !

Cette fois-ci, j’ai utilisé un voile de soie et polyester noir (si j’ai bonne mémoire). Il provient, il me semble de chez Toto tissus. Le haut a été quant à lui réalisé grâce à un tulle rebrodé que je trouve magnifique et que j’ai déniché pour trois fois rien sur un marché.

IMG_1708Comme le tissu noir est très léger, le tombé sur le cintre n’est pas des plus réussis, mais le rendu une fois porté est vraiment top !

D’ailleurs, je suis en train de voir pour refaire une seconde version de cette nuisette, en un peu plus long, pour ma sœur…

4 petites éponges en récup’

Avec le printemps, me voilà de retour avec une nouvelle série de créations. A vrai dire, j’avais pas mal de choses terminées en réserve depuis plusieurs mois, mais je ne parvenais absolument pas à trouver un moment pour faire des photos et écrire les articles correspondants, ça a donc mis un peu plus de temps que prévu !

Pour commencer modestement avant des choses plus ambitieuses, voici quatre petites éponges faites avec des vieilles chaussettes. C’est la première d’une longue série de cousettes faites à partir d’un livre coup de cœur acheté il y a quelques semaines : Créations zéro déchet de Camille Binet-Dezert. C’est un livre que je conseille à tou.te.s celles/ceux qui sont passionnés de récup’ et qui ont à cœur la réduction de leur impact sur l’environnement. C’est un livre qui est bien fait, plein de bonnes idées et de choses indispensables. Vraiment un achat que je ne regrette pas (contrairement à tant de livres de couture !).

IMG_1702Ces petites éponges ont été vraiment rapides et faciles à faire : il faut compter 2 paires de chaussettes pour 2 éponges. Pour ce qui est de l’usage, je n’ai pas encore d’avis car je ne les ai pas encore apprivoisées, mais je mettrai un commentaire quand j’aurais un avis arrêté.

—————————

Edit : 18/06/2018

À l’usage, c’est pas top, elles sont un peu petites… Je vais essayer d’en faire de plus grandes pour voir.