Cape blanche pour l’hiver

Je profite du froid déjà hivernal pour poster quelques photos de la cape blanche que j’ai réalisée sur plusieurs années. Je l’avais commencée il y a plus de 4 ans, puis abandonnée, puis reprise, pour ne l’achever que l’hiver dernier.

_MG_1280(Je me rends compte, et c’est un peu dommage, qu’il y a pas mal de plis, dus à son séjour prolongé dans l’armoire…)

_MG_1271Il s’agit d’une de mes premières réalisations en couture digne de ce nom. Le patron est des plus simples, il s’agit d’un demi-cercle avec deux pinces à chaque épaule. La capuche était initialement faite de deux parties identiques, rectangulaires en haut et incurvées en bas (pour suivre l’encolure), mais comme elle me déplaisait, je l’ai modifiée à plusieurs reprises et je serais bien en peine de dire quelle est sa forme définitive… Le tissu extérieur est en laine blanche (que j’ai préalablement décatie). La doublure, qui est en panne de velours turquoise, a été assemblée sur l’envers puis refermée au niveau de l’encolure à la main au point invisible.

J’ai eu pas mal de soucis avec cette doublure qui manifestement s’est déformée avec le temps. Elle n’adhérait pas au tissu extérieur et par endroits formait des poches. J’ai fini par l’attacher au lainage en répartissant les plis sur l’ensemble de la cape et en faisant des points invisibles à intervalles réguliers sur la totalité du demi-cercle (ça en fait du métrage mine de rien !). Ce fut long, mais le résultat est satisfaisant car la doublure ne bouge plus et les défauts visuels (poches, plis…) ont disparu.

La dernière étape de la réalisation de la cape (celle que j’ai repoussée pendant des années) a été, paradoxalement, la confection de l’attache et le choix des boutons. J’avais une idée assez précise de ce que je voulais dès le départ, mais je ne parvenais pas à trouver les fournitures appropriées. Au départ, je voulais des boutons en métal argenté avec une rosace ou des entrelacs, grosso modo d’un style un peu celtique, mais finalement, j’ai opté pour de gros boutons en bois blanc qui, je trouve, se marient mieux avec l’ensemble. Pour l’attache, j’ai longtemps cherché un cordon coordonné au lainage et qui serait à la fois assez délicat pour que l’aspect final des boucles soit élégant et assez robuste pour résister à la tension permanente de la bride. J’ai fini par trouver mon bonheur l’année passée. Une fois le matériel en main, le motif s’est imposé de lui même, et il ne restait plus qu’à trouver la patience pour coudre toutes ces petites boucles au point invisible. Ce fut l’affaire de quelques soirées d’hiver.

J’en profite pour remercier Man et EmmA qui m’ont aidé au début de ce projet.

Photos: Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/

Gilet rouge

Voici un petit gilet rouge en coton tricoté pendant les vacances d’été…

_MG_5782C’est mon premier tricot (aux aiguilles), et j’avoue que j’en suis assez fière ! Non seulement j’aime beaucoup le rendu, mais en plus, le gilet est très agréable à porter car le fil est très doux.

Il s’agit d’un modèle gratuit de chez DROPS : http://www.garnstudio.com/lang/fr/visoppskrift.php?d_nr=100&d_id=2&lang=fr

J’ai utilisé un fil en coton de chez Ice Yarns (Baby cotton) et des boutons assez gros achetés en promo chez Mondial tissus.

C’est essentiellement tricoté en jersey, sauf les bandes de côtes sur le corps et sur les avant-bras (on ne voit pas trop sur la photo…).

J’ai peiné quelque peu pour l’assemblage ! J’ai fait les coutures d’épaules à la main, mais pas le montage des manches : comme le corps est tricoté en une seule pièce, j’ai dû monter les manches à la fin. Après moult tentatives pour coudre ces s******* manches sur le corps à la main, j’ai opté pour la couture à la machine et franchement, je trouve le résultat très probant, n’en déplaise aux puristes !

Photo: Vincent Chalnot, http://chalnot.fr/